Archives mensuelles : octobre 2013

Le délicat équilibre d’un cours d’Aikido

Le dernier cours en date (lundi 30/09/2013) était un bon exemple de cours enrichissant pour tous :

  1. Tout d’abord commencer par des mouvements connus avec différentes configuration, histoire de montrer que c’est le même mouvement tout en étant différent (étude des principes immuables qui le guident malgré les différences visibles), à chacun de trouver suivant son niveau ses aspects à étudier. Pour moi cela revient dans cette phase à mettre en évidence mes erreurs et défauts, et rechercher comment les corriger sans perdre de vue la fluidité et l’enchaînement naturel des mouvements
  2. Passer ensuite à des variations dans les attaques et les principes, pour bien voir comment on peut s’adapter à différentes situations (symbolisés par différentes attaques, donc différentes entrées) pour revenir au ciment de toute techniques (déséquilibre de l’attaquant), qui doit venir naturellement et sans opposition (bien que ce point est discutable, une déviation est-elle une opposition ?) comme résultat des placements et des déplacements.
  3. Finir enfin par une pratique plus dynamique (j’ai hésité à dire plus musclée, car bien que ce soit malheureusement le cas pour moi, on devrait remplacer autant que possible – suivant son niveau toujours – la force par les mouvement) qui permet de voir si les techniques étudiées durant le cours sont bien acquises ou du moins mémorisées.

Bien sûr cet enchaînement n’est pas toujours possible, le temps dévolu au cours, le niveau des pratiquants, la complexité des techniques étudiés, la motivation et la forme des présents dans le dojo influent beaucoup sur le programme…

Néanmoins pour moi un cours qui s’articule sur les axes Étude de la forme/Recherche personnelle/Pratique souple et soutenue est ce qui est le plus enrichissant.