Stage du 13 au 15 mars aux Ormes

Les Ormes (51240 Coupéville) sont situés près de Châlons en Champagne à deux heures de Paris via l’autoroute. C’est une ancienne ferme rénovée pour accueillir des groupes de travail et pratiquer.

Une vingtaine de pratiquants étaient réunis autour de Frank pour passer une douzaine d’heures sur les tatamis pendant le week-end. Progression assurée !

Plus d’informations sur les Ormes :

Stage départemental Aïkido

La FFAB-IDF et le Comité Départemental du Val de Marne organisent un stage d’Aïkido pour tous, le Samedi 28 Mars 2015, de 15h00 à 18h00 au gymnase Charles Péguy, 20 avenue de la Liberté à Maisons-Alfort.

Il sera animé par Frank DAUVÉ, 4ème DAN.

La participation au stage est de 10 euros. Les inscriptions se font le jour même à partir de 14h30 directement au gymnase.

On vous attends nombreux !

Le passage de grade

Qu’est-ce que le passage de grade ? Que représente-t-il ? Quelle est son utilité ? Est-ce un but, une fin ?

Les passages de grades, la délivrance de ceintures de couleur sont un usage occidental, un système mis en place pour valoriser les élèves, les « récompenser ».

Traditionnellement le grade faisait plutôt référence à un degré d’avancement dans l’école, une fonction, une place dans la hiérarchie imposant une responsabilité.

Système de grades dans les arts martiaux traditionnels :

Ce système de grades est celui qui était utilisé par les écoles d’arts martiaux au Japon avant l’adoption du système Kyū/Dan. Il est encore utilisé par certaines écoles et parfois en parallèle avec le système Kyū/Dan.

  •  1-Deshi : Disciple de l’école.
  • 2-Uchi deshi : Disciple interne de l’école, c’est-à-dire vivant au dojo. Souvent un uchi deshi s’occupe de tâches ménagères et d’autres petits travaux en contrepartie de l’enseignement qu’il reçoit.
  • 3-Disciple avancé de l’école.
  • 4-Instructeur de l’école.
  • 5-Maître d’armes de l’école.
  • 6-Grand maître de l’école (dans la plupart des écoles le titre de shihan ne peut être obtenu qu’à partir du 8e Dan
  • 7-Menkyo kaiden : Diplôme très rare décerné à l’élève qui connaît tout l’enseignement de l’école y compris tous les enseignements secrets.
  • 8-Grand homme accompli

Traditionnellement, il est commun d’afficher ses grades dans un cadre, au mur ou sur un meuble, chez soi ou dans l’enceinte de son dojo. Ce comportement n’a pas pour but de satisfaire son propre égo, mais de rappeler à soi-même ou aux autres ses engagements, ses obligations, le chemin parcouru et celui qui reste à parcourir.

Pour moi aujourd’hui, dans notre monde moderne, plus on avance dans la pratique de l’aïkido, plus on s’implique, plus on s’engage à accepter une responsabilité au sein de l’école, du dojo.

Les grades sont là pour jalonner le parcours du pratiquant, le renseigner sur son état, sa technicité. Le grade n’est pas un but, un objectif à atteindre. On ne s’entraîne pas spécialement pour le passage de grade, on se met en situation à l’approche de l’examen.

Le pasage de grade kyu se fait au dojo, dans le club avec ses partenaires habituels contrairement au passage de grade dan qui est organisé devant un jury d’examen, choisit au sein d’un collège de jurys d’examen formés au sein de leur fédération respective, sous l’autorité de l’Union des Fédérations d’Aïkido (UFA).

Le passage de grade dan est un moment de pratique, un instant durant lequel on échange ses connaissances avec des partenaires que l’on ne connaît pas. C’est une expérience que l’on renouvelle jusqu’au 4ème dan. Alors profitez-en !

Frank Dauvé, 4ème dan, l’enseignant du dojo de Maisons-Alfort

Stage Kangeiko 2015

Le stage Kangeiko (dit « du froid ») se tiendra les 5, 6, 8, 9 janvier 2015, c’est à dire toute une semaine à l’exception du mercredi, de 6h30 à 7h30 (du matin) au dojo de l’association, rue Chevreul.

Ce stage est uniquement destiné aux adhérents du club.

Ce stage, qui ne se substitue pas aux cours habituels, est un moyen de pratiquer différemment, dans des conditions très matinales idéales pour bien démarrer la journée ! Il est recommandé pour tous les pratiquants, quelque soit leur niveau.

2013/2014 : Ce que les pratiquants attendent d’un cours d’Aïkido

Pour faire le point de la saison 2013/2014, un petit exercice de synthèse avait été demandé à tous les pratiquants. Ci-dessous sont résumées les principales idées qui sont ressorties de ces réflexions.

  • Un bon apprentissage des connaissances. La simplicité et la justesse des techniques, pour éviter les mouvements superflus. Un aïkido « juste » plus en rapport avec ce qui pourrait se passer dans la réalité
  • Une construction logique du cours, avec travail sur un principe servant de fil rouge (par exemple irimi, centrage, prise d’angle, placement-déplacement, verticalité, etc.), à partir de techniques variées. Une structure dans les cours afin de permettre la progression des élèves et qui les préparent aux passages de grades (kyu et Dan). De la clarté, mettre les pratiquants en situation de réussite.Le professeur doit prendre en compte les niveaux des élèves et les faire travailler si besoin par groupe de niveau pour ceux qui sont en difficulté.Pour les stages : au-delà de l’enseignement technique, une vision plus « intégrative » de l’aïkido, avec la mise en avant des principes et leurs liens, plus de variations sur les enchaînements…
  • La dépense physique : les débuts de cours sont propices à l’étude de plusieurs techniques, ayant généralement un lien entre elles que cela soit via la forme de l’attaque, l’immobilisation, l’utilisation d’une arme ou non. Les fins de cours, souvent plus dynamiques, permettant l’enchaînement des techniques étudiées.
  • Du respect qui se traduit par du respect entre les élèves ou entre le professeur et les élèves. Le respect de l’étiquette.Ce qu’un élève peut exiger d’un professeur : Des cours qui sont un minimum préparés et commencés à l’heure par exemple.Certains élèves attachent de l’importance au respect de la physiologie humaine : pauses au bout de 90 min max pour hydratation, travail en suwari ou hammi handachi waza limité ou évité pour un pratiquant si pas possible pour lui du fait de douleurs ou de problème de santé.Ne pas avoir une attitude trop négative ou moqueuse envers les pratiquants .

    Pour d’autres, l’aïkido, c’est l’école de la vie. C’est réapprendre son corps et mieux se connaitre. Accepter une certaine souffrance pour assouplir son corps, de se mettre dans l’inconfort pour travailler ses placements…

    Ce qu’un professeur peut exiger d’un élève :
    – une tenue et une conduite respectueuses sur le tatami, dans et en dehors du dojo, vis à vis de l’enseignant et des autres pratiquants;
    – un investissement réel dans les cours et la pratique pour progresser;
    – tenter d’aller au mieux vers les valeurs du shin : écoute, attention, rigueur , bienveillance…

  • La transmission des valeurs en cours à l’époque du fondateur (quand l’honneur et la rigueur étaient importants et où le moindre égard pouvait coûter la vie).
  • Du plaisir dans la pratique